Comment financer son espace de coworking ?

La création d’un espace de coworking, c’est une merveilleuse aventure. Néanmoins, on ne vous cache pas que celle-ci a un coût. Les loyers, les travaux, le mobilier d’aménagement, les frais liés à la consommation d’eau et d’énergie sont quelques exemples de dépenses que vous aurez à réaliser si vous décidez de vous lancer. C’est pourquoi après avoir choisi votre emplacement, trouvé votre concept et élaboré votre business plan, arrive le moment fatidique de la recherche de financement.

Plusieurs solutions existent et chacune semble avoir ses avantages et ses inconvénients. Difficile alors de faire un choix. Tentons d’y voir un peu plus clair et étudions les différentes solutions qui s’offrent à vous pour financer la création de votre espace de coworking.

Lire aussi : Comment créer un espace de coworking ?

1# Les approches traditionnelles

Le financement privé par crédit professionnel

Pour financer son espace de coworking, la première possibilité consiste à recourir au financement privé par crédit professionnel.

Pour cela, vous pouvez vous tourner vers un établissement bancaire. Ce mode de financement peut vous permettre d’obtenir des sommes importantes. Néanmoins s’endetter auprès d’une banque coûte cher puisque vous devrez rembourser pendant plusieurs années à la fois le montant emprunté mais aussi les intérêts et ce en se conformant à des échéanciers bien définis. De plus, il n’est pas toujours aisé de convaincre les banques de financer de tels projets. Afin de rassurer votre banque, il est indispensable que vous soyez crédible : Si l’expertise des dirigeants peut constituer un élément rassurant, le meilleur moyen de les persuader reste encore de s’assurer des réservations avant même l’ouverture du coworking.

Si jamais vous n’aviez pas les garanties suffisantes pour emprunter auprès d’un établissement bancaire, rassurez-vous, tout n’est pas perdu ! D’autres types de crédits professionnels pourront certainement vous aider à financer votre projet. En voici quelques exemples :

–  Les organismes de microcrédit tels que l’ADIE financent les entreprises qui ne disposent pas de garanties suffisantes pour souscrire à un emprunt bancaire.

Des financeurs solidaires tels que la Nef ou la Caisse Solidaire aident aussi les entreprises qui n’ont pu obtenir l’intégralité de leurs financements à financer des projets d’utilité sociale, écologiques ou culturelles et favorables au développement des territoires.

–  Les prêts d’honneur proposés par Initiative France ou Réseau Entreprendre peuvent aussi être un bon moyen de compléter vos apports. Ils sont accordés au créateur de l’entreprise et peuvent permettre de rassurer les banques afin d’obtenir plus facilement un prêt bancaire.

–  Enfin la Banque Publique d’Investissement Bpifrance soutient financièrement les projets de création ou de développement des entreprises françaises.

Le financement privé par fonds propres

La seconde option permettant de financer un espace de coworking est très souvent complémentaire à la première. Elle consiste pour les fondateurs à investir directement leur propre argent. Cependant, ce mode de financement a lui aussi plusieurs limites. D’une part l’apport sera souvent limité. D’autre part le risque est très élevé pour le ou les fondateurs.

Le financement public : les appels à projet

Le secteur public peut aussi vous accompagner dans le financement de votre entreprise. Parce que certaines grandes villes ou régions ont pour volonté de développer sur leurs territoires les espaces de travail collaboratif, celles-ci organisent des appels d’offre pouvant déboucher sur des subventions importantes. Pour participer, renseignez-vous sur les appels à projet et ne candidatez bien sûr qu’à ceux où vous êtes éligibles. Inutile de perdre du temps à remplir des tas de papiers qui ne serviront à rien.

Si ce mode de financement permet d’obtenir des apports importants, sans coût, il a néanmoins lui aussi quelques limites qu’il est nécessaire de connaître avant de s’engager. Tout d’abord, vous serez dépendant du bon vouloir des pouvoirs publics puisque rien ne garantit que vous serez sélectionné suite à l’appel à projet. Selon les périodes, les pouvoirs publics peuvent être plus ou moins à même de fournir d’importantes subventions. Ensuite, vous risquez d’être confronté à un problème de décalage de trésorerie. Les subventions sont la plupart du temps versées tardivement, bien après le lancement de votre activité. Enfin les démarches de candidature aux appels à projet sont souvent lourdes et prennent beaucoup de temps.

 

2# Les approches innovantes

Le financement participatif : crowdfunding

Le crowdfunding peut constituer un excellent moyen de récolter de l’argent. De plus, celui-ci permettra aussi de faire parler de vous afin de commencer à créer votre future communauté. Le concept du coworking est simple : il consiste à faire appel à un nombre important de particuliers qui contribueront chacun, à hauteur de leur moyen, à votre projet par le biais d’une plateforme internet. Il est souvent bien plus aisé d’obtenir 5€ de la part de 400 personnes plutôt que 2000€ de la part d’une seule personne. Attention néanmoins, de très nombreuses plateformes fonctionnent selon le principe du tout ou rien : le montant obtenu ne vous sera versé que si vous parvenez à obtenir le montant espéré fixé au départ et ceci avant la date de fin de votre campagne de crowdfunding.

Le crowdfunding peut prendre la forme de don ou de prêt.  Dans le second cas, l’entreprise s’engage à rembourser les donateurs.

Un grand nombre de plateformes de crowdfunding existent aujourd’hui et les projets sont nombreux. Il sera donc indispensable que votre projet puisse séduire et convaincre les potentiels donateurs.  Si vous avez un talent de communicant : c’est le moment de vous en servir.

Ulule, Kiss Kiss Bank Bank, Anaxago, Bulb in Town, Unilend, Findsquare, vous trouverez forcément la plateforme qui vous correspond !

Les cotisations d’adhésion

La mise en place d’un système de cotisations d’adhésion consiste à faire payer aux futurs occupants permanents du lieu, avant même l’ouverture de l’espace, une prévente qui leurs garantira une place dans le coworking. Ce système a deux avantages. D’une part, il constitue un bon moyen de financer l’espace de coworking. D’autre part, il vous assurera l’engagement de certains membres dès l’ouverture des locaux.

La recherche de mécènes

Enfin le dernier moyen de financer son espace de coworking est de faire appel à des business angel. Ceux-ci peuvent être des individus, des entreprises ou encore des fondations se trouvant dans votre région et qui souhaitent promouvoir de manière désintéressée des causes qui leurs tiennent à cœur. Avant de les contacter, soyez cependant bien certain d’être prêt : business plan, statut, montant recherché… Tout doit avoir été longuement réfléchi auparavant.

Nous avons fait le tour des principaux moyens à votre disposition pour vous aider à financer votre espace de coworking. Il est donc temps de vous lancer, chaque projet a sa solution !

Lire aussi :

Venir
visiter
X
Appelez nous !
06.58.695.699