Pourquoi choisir un freelance ?

Eurostat estime que les freelances avoisineraient désormais les 830.000 individus dans l’Hexagone et annonce une croissance toujours aussi vigoureuse dans les prochaines années. Une offre qui ne cesse de s’étendre et de se diversifier, en réponse à une demande croissante de la part des structures, des plus modestes aux grands groupes du CAC40. Pourquoi un tel entrain vis-à-vis des freelances ? Quels sont les avantages à collaborer avec eux ? Dans quels cas les solliciter ?

Vous voulez faire des économies

Dans un contexte économique peu reluisant, l’aspect financier constitue un critère de choix : les entreprises cherchent de plus en plus à diminuer les coûts et les dépenses pour assurer leur pérennité. Il s’agit là de l’un des premiers critères à jouer en faveur du freelance, tant pour les grands comptes que pour les petites et moyennes entreprises, qui ne disposent pas toujours de moyens extravagants pour démarrer leur activité sur les chapeaux de roue. Inutile de louvoyer : recruter un freelance, c’est choyer son capital.

 

  • L’entreprise qui fait appel à ses services ne finance pas une présence, mais une prestation. Le montant inscrit sur le devis est fixé par le prestataire, en accord avec le mandataire : il répond aux critères de qualité de la mission qu’il entend honorer, les éventuels frais supplémentaires (déplacements, missions annexes, etc.) et comprend une marge lui permettant de se rémunérer correctement. Selon l’expérience et la spécialisation du professionnel choisi, il faut généralement compter un minimum de 300€ pour une journée de travail.

 

  • S’il est bien entendu vivement recommandé de se méfier de tarifs trop bas, il est bon de savoir que certains freelances en tout début de carrière proposent des tarifs exceptionnels pour leurs premiers clients : une opportunité particulièrement intéressante si la situation économique de votre structure ne s’est pas encore stabilisée.

 

  • Dans le même esprit, si vous avez l’habitude de faire régulièrement appel à un même prestataire freelance pour des missions ponctuelles et que vous nouez une relation professionnelle porteuse pour les deux parties, il est possible (mais en aucun cas obligatoire) que le travailleur indépendant vous propose une remise commerciale sur quelques factures.

 

  • Exit les charges sociales, les frais de gestion et d’intermédiaires, les salaires, etc.

 

  • Le freelance vous facturant TTC à l’issue de son travail, la TVA est déductible.

 

  • En revanche, pour chaque indépendant par lequel vous passez, vous pouvez faire une croix sur le Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi (CICE) : à noter que même dans ces conditions, vous restez gagnant au change…

Vous voulez gagner du temps

À présent que nous avons traité l’épineuse question pécuniaire, abordons l’autre idole vénérée par toute entreprise : le temps. C’est bien connu, chaque structure, qu’elle soit de taille modeste ou qu’elle ait le monopole dans son domaine d’activité, aimerait disposer du pouvoir d’arrêter le temps au gré de ses besoins. Un freelance n’est pas un magicien, mais il permet sans conteste de faire l’impasse sur bien des démarches chronophages.

 

  • La communication est facilitée : vous n’êtes pas ballotté de services en services, contraint d’expliquer votre projet tour à tour à Pierre, Paul, Jacques pendant des conversations téléphoniques interminables. Vous avez directement affaire au prestataire, sans passer par des intermédiaires : l’occasion d’échanger d’égal à égal entre chefs d’entreprises.

 

  • De plus, un freelance a des plages horaires particulièrement souples : il n’a pas d’horaires de travail fixes prédéfinis. En ces conditions, nul doute qu’un retour de sa part vous parviendra dans les plus brefs délais suite à votre sollicitation et qu’il pourra passer en mode « urgence » si nécessaire sans avoir à s’adapter à d’autres contraintes extérieures.

 

  • Si vous passez par des plateformes web actualisées en temps réel, il y a de fortes chances pour que le profil qui éveille votre intérêt ou prend l’initiative de vous contacter soit immédiatement disponible. Dans ce cas, une fois l’accord passé et les conditions fixées pour les deux parties, le projet a peu de risques de traîner en longueur, ce qui contribue à assurer une prestation livrée dans des délais relativement courts.

 

  • Confier une mission à un freelance permet de faire l’impasse sur bon nombre de démarches administratives traditionnellement assurées par les départements de Ressources Humaines (recherche du profil, entretien préalable, édition d’un contrat, etc.) et retardant péniblement la mise en route effective du projet. De même, si vous vous apercevez en cours de route que le professionnel choisi ne répond pas à vos critères, il vous sera plus aisé de mettre fin à la collaboration pour solliciter un nouveau freelance.

Vous voulez fonctionner en mode projet

Le fonctionnement en mode projet est une tendance de plus en plus plébiscitée par les structures. Cette appellation désigne l’ensemble de tâches entreprises conjointement par différents acteurs en vue d’apporter une réponse concrète à un besoin précis, dans le respect de la deadline préétablie et du budget alloué. Si ce fonctionnement constitue le credo de votre entreprise, les freelances seront indubitablement en mesure d’apporter leur pierre à l’édifice commun.

 

  • Certaines compétences atypiques se prêtent peu à un emploi stable en entreprise, ce pourquoi leurs détenteurs choisissent de s’établir sous le statut de freelances. Une aubaine si une partie de votre projet comprend des compétences bien spécifiques, que ni vous ni vos employés n’êtes en mesure de déployer. Confier un pan d’un projet à un freelance permet de se payer des compétences très pointues dans un domaine précis, parfois relativement rares.

 

  • Les freelances interviennent généralement sur du court-terme et des besoins ponctuels. Ayant d’autres choses à assurer dans les coulisses de leur activité (facturation, administration, recherche de nouveaux clients, fidélisation, etc.), il est assez délicat d’envisager un accompagnement sur du long terme pour un seul client au détriment de tous les autres (ce qui, au demeurant, pourrait dangereusement s’apparenter à du salariat déguisé dans certains cas). Ils conviennent donc particulièrement bien au fonctionnement en mode projet.

 

  • Ce cas de figure est également envisageable dans le cas où votre structure ferait face à un surplus d’activité. Si les moyens humains et financiers quotidiennement déployés ne suffisent plus à éponger le surplus, le recours exceptionnel à un individu freelance s’avérera d’un grand secours pour pallier la difficulté dans les meilleures conditions.

Vous voulez avoir l’embarras du choix

La vague freelance révolutionne les modes de travail actuels, et à en croire les statisticiens, la tendance n’est pas près de s’inverser. Pour tout mandataire souhaitant s’essayer à l’exercice, cette explosion de l’indépendance n’est pas sans avantages pour son business.

 

  • Une augmentation du nombre de freelances sur le marché implique nécessairement un élargissement de l’éventail de compétences disponibles. Parmi cette pluralité de profils, vous trouverez sans aucun doute la perle rare.

 

  • Avec la dématérialisation croissante des activités, les frontières départementales, régionales et nationales ne constituent plus une entrave insurmontable à la collaboration. Ainsi, les conditions de proximité géographique n’ont presque plus lieu d’être. Qu’importe si le profil qui vous intéresse se trouve à l’autre bout de la France : la distance qui vous sépare ne vous empêchera en aucun cas de communiquer et de travailler main dans la main. Votre élu ne réside pas en France ? Si vous parvenez à trouver une langue d’échange commune, encore une fois, rien ne semble faire obstacle à la prestation. Soyez toutefois attentifs à certaines problématiques quand vous sollicitez une personne qui réside à l’étranger (TVA, divergences entre les systèmes juridiques et économiques, fuseaux horaires pour la mise en place de la deadline, etc.).

 

  • Grâce à internet, il n’est plus indispensable de faire du pied à ses contacts pour trouver le profil de freelance adéquat. En réponse au développement massif du freelancing, de nombreuses plateformes web, multi-sectorielles ou spécialisées, ont eu tôt fait de flairer l’aubaine et de fleurir par dizaines : elles regroupent de nombreux profils de professionnels indépendants et permettent d’écrémer rapidement leurs domaines d’expertise pour accéder en quelques clics aux compétences recherchées. Plus simple encore, le mandataire peut se contenter de poster un appel d’offres et de trier les divers profils qui y répondent. Nota Bene : attention aux éventuelles commissions et, selon le fonctionnement des plateformes, à ne pas retomber dans le pénible écueil des intermédiaires…

Vous voulez un travail de qualité

Selon toute logique, tout mandataire s’attend implicitement à se voir livrer un travail de qualité. À ce titre, un professionnel freelance dispose de sérieux atouts pour vous rassurer.

 

  • Les freelances sont généralement des individus qui ont choisi de quitter le confort du marché de l’emploi traditionnel pour vivre de leur passion, quittes à affronter certains périls. Ce sont donc des professionnels qui exercent avant tout par passion et retirent un certain plaisir à s’investir dans leur travail.

 

  • Par ailleurs, les freelances sont bien conscients de la précarité de leur situation, et les mandataires qui leur accordent leur confiance sur un ou plusieurs projets sont les garants de leur succès futur. Ainsi, pour fidéliser leurs clients ou se voir recommandés auprès de prospects, ils s’attacheront à préserver leur réputation professionnelle en fournissant un travail qualitatif.

 

  • Le marché du freelancing est de plus en plus vaste, ce qui implique une concurrence de plus en plus rude entre ses acteurs. Pour se démarquer et rester à la pointe des nouveautés de leur domaine d’activité, la plupart des freelances suivent régulièrement des formations complémentaires à leur profession : une opportunité pour approfondir leurs compétences ou ajouter de nouvelles cordes à leur arc, ce qui ne manquera pas de faire mouche auprès d’un éventuel mandataire soucieux de confier un projet à un profil complet et abouti.

 

  • Si malgré tout vous émettez un certain nombre de réserves sur un prestataire auquel vous n’avez jamais eu affaire, vous pouvez lui proposer de se soumettre à un test préliminaire pour juger de ses compétences. Veillez, néanmoins, à ne pas tomber dans l’abus.

Vous voulez bénéficier d’une plus-value sur la prestation

Bien qu’un freelance facture une prestation a priori clairement identifiée et délimitée, son périmètre d’influence est bien plus large qu’il ne le laisse à penser de prime abord.

 

  • Recruter une personne extérieure à l’entreprise pour une mission ponctuelle permet de s’enrichir d’un regard vierge et objectif sur ses partis pris : un freelance qui dispose d’un généreux panel de clients et d’expériences professionnelles à son actif est tout à fait en mesure de vous fournir une critique constructive sur votre activité pour vous permettre, éventuellement, de réviser vos positions au profit de la croissance de votre structure.

 

  • De même, si le freelance que vous choisissez est amené à côtoyer vos employés, sa façon de travailler, probablement bien éloignée de celle qu’ils connaissent, est à même de leur ouvrir des perspectives sur diverses solutions pour améliorer leur quotidien dans l’entreprise ou booster leur productivité.

 

  • Pour garantir sa survie professionnelle, le freelance doit impérativement disposer d’un vaste réseau de travailleurs indépendants pour se voir offrir de nouvelles opportunités et/ou accompagner la croissance de ses pairs. De fait, s’il estime que certaines parties du projet que vous lui confiez échappent à son domaine de compétences, il pourra choisir de les déléguer à un professionnel spécialisé (un traducteur, par exemple, fait presque systématiquement appel à des confrères correcteurs et relecteurs pour débusquer les scories, imperfections et coquilles). L’occasion pour le mandataire de profiter des connaissances approfondies d’autres freelances participant à l’élaboration d’une prestation aboutie, et d’inscrire leur profil dans sa base de données, en vue d’une sollicitation future sur des travaux similaires.

 

À l’issue de ce panégyrique, il va sans dire que l’on saisit clairement toute la portée de l’influence freelance sur nos entreprises. En effet, pour peu que l’on sache adapter son management en conséquence, faire appel aux services et aux compétences d’un indépendant s’impose avec son lot d’avantages. On ne saurait que trop rappeler l’importance du pan humain dans une telle démarche : faire confiance à un freelance revient, en quelque sorte, à considérer avec bienveillance l’audace d’un travailleur qui a eu le courage de s’écarter des sentiers battus pour vivre sa passion à plein régime. Un état d’esprit qui ne peut qu’être chaleureusement accueilli.

 

Vous êtes freelance ? Que diriez-vous de passer en mode coworking ?

10 bonnes raisons d’intégrer un espace de coworking pour développer son business

Quel tiers-lieu est fait pour vous ?

Le coworking, comment ça marche ?

Venir
visiter
X
Appelez nous !
06.58.695.699